La Guerre en Ukraine, une guerre de haute-intensité.

Depuis plusieurs années, la guerre dite de « haute intensité » est un sujet sur lequel les militaires alertent les dirigeants politiques.

Le 1er mars 2018, l’IFRAP posait la question suivante « Combat de haute-intensité : Où en sommes-nous ? »[1] . Dans cet article, l’ordre de bataille terrestre faisait apparaitre l’évolution suivante :

En 2017, le colonel Goya rappelait (qu’en 2017) l’armée de terre disposait de « trois fois moins de régiments, six fois de chars de bataille et de pièces d’artillerie, et deux fois moins d’hélicoptères qu’en 1990. »

Selon une source en Ukraine, le 26 février 2022 à 17 heures, l’approximation des pertes était la suivante.

Pour information, les chars T72 sont des chars de combat russes mis en service en 1973.

Selon l’estimation ci-dessus, 115 chars de combat russes ont été détruits en trois jours, soit l’équivalent de la moitié des chars de combat de l’armée de terre française.

Les chiffres parlent d’eux même. Ils démontrent qu’aujourd’hui, l’armée de terre française n’a pas les moyens de soutenir une guerre de haute intensité comme celle qui fait rage actuellement en Ukraine.

Rappelons cependant que la France a la chance d’être dotée d’une dissuasion nucléaire opérationnelle.

Le 13 juin 1995, le Président Jacques Chirac, décida la reprise des essais nucléaires à Mururoa, afin de fournir à l’armée les dernières données scientifiques nécessaires pour produire un simulateur d’essais nucléaires.

Il ne céda ni à l’esprit du temps, ni à la pression américaine, ni aux irresponsables agissant de l’intérieur qui s’opposaient bruyamment à cette décision salutaire, et ne se laissa pas influencer par le tapage médiatique qui avait mis la France au ban des nations.

La leçon à tirer de cet épisode est qu’un chef d’état doit être capable de raisonner de manière indépendante, en ayant systématiquement à l’esprit l’intérêt supérieur de la nation, et doit par ailleurs être formé pour résister aux tentatives d’encerclement cognifif ainsi qu’au Zeitgeist.


[1] Combat de haute-intensité : où en sommes-nous ? | Fondation IFRAP

[2] Armée de Terre : Focus sur les équipements 2020-2021 – Theatrum Belli (theatrum-belli.com)

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s